mardi 5 décembre 2017

lettre d'aimée

Mes chères parents,

A la guerre, on voit la peur et le désespoir. Ici on mange de la soupe froide. Et puis on dort sur des lits de paille. Les tranchées nous permettent de nous protéger et d'attaquer. Je ne me suis pas déshabillée depuis deux mois. On doit combattre au front, et on voit des milliers de cadavres et de personnes blessées.
Vous me manquez beaucoup.
A bientôt !


Aimée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire